UVSQ

Un bonheur aujourd'hui d'intervenir dans le cadre du séminaire de Jean-Yves Mollier à l'Université de Saint-Quentin-en-Yvelines sur les pratiques culturelles. J'ai eu le plaisir de réaliser une intervention sur les éditeurs japonais et le manga qui s'est insérée dans un programme très ouvert et international. 

Voici le résumé (très succinct) de l'intervention ci-dessous. 

L'Université a bien raison de s'ouvrir ainsi à l'expression des cultures graphiques, à leurs significations, à leurs potentiels créatifs dans le futur... 

 

Les éditeurs japonais face au manga

 

Introduction

 

Trois traits spécifiques de l’édition au Japon :

 

1 – la (relative) densité

 

- Japon : à peu près 4 300 maisons d’édition pour une nation de 127 millions d’habitants – alors qu’en France nous avons 10 000 éditeurs pour 66 millions d'habitants. Les Etats-Unis affichent 73 000 maisons pour 312 millions. Allemagne : 15 000 pour 82 millions.

- C’est donc au Japon un réseau moyennement dense, marqué surtout par un grand éclatement : quelques géants éditoriaux et un archipel de maisons modestes.

 

2 – le regroupement

 

- 40 % des titres publiés se répartissent entre les géants Kodansha, Shogakukan, Shueisha et Gakken (celle-ci plutôt spécialisé jeux)

- Kodansha est le « plus gros géant », avec des CA entre 1 et 1,5 milliards d’euros (150-200 milliards de yens), talonné par Shogakukan

- Mais dans le marché manga stricto sensu, c’est la Shueisha qui domine. 

 

3 – la  « multi modalité »

 

Les éditeurs les plus importants sont très ouverts et diversifiés, avec des activités de presse, littéraires, éditions de mangas, participations à production audiovisuelle, télévision, cinéma, jeux, parcs de loisirs…

 

Dans ce cadre, le manga, sa culture et ses extensions (l’animé, les parcs, les jeux) sont centraux.  C’est même un cœur battant.

 

Définition du manga :

- Une définition stricte : bande dessinée japonaise, c'est-à-dire images imprimées, livre, littérature dessinée, narration.

- Une définition plus large : un ensemble de traits esthétiques s’appliquant à la narration, mais aussi à d’autres aspects artistiques, en partant du plus proche, l’animation, jusque au plus éloigné : la peinture, la musique : c’est le sens de "culture manga".

 

Plan de l'exposé :

 

1 – D’abord un parcours historique : naissance du manga, développement parallèle de l’édition japonaise

1-1 Une civilisation de l'image

1-2 Révolutions d'après-guerre

 

2 – Ensuite un aperçu des développements de la culture manga dans l’édition : son esprit d’ouverture et d’intégration

2-1 Intégration "verticale"

2-2 Intégration "horizontale"

 

3 – Enfin, quelques pistes actuelles face aux enjeux technologiques et économiques. 

3-1 : "Livrisation" ?

3-2 : Nouvelles technologies et permanence de l'éphémère.

 

UVSQ 2