de mémoire en oubli

Gael Remise et moi-même avons participé, dans le cadre de la recherche sur la maladie d'Alzheimer et plus généralement des troubles de la mémoire, à un ouvrage collectif dont les ventes vont à une association  (L'APRA, l'association suisse pour la recherche sur l'Alzheimer).
Notre récit de quatre pages s'appelle "Charles Tillon, l'éternaute". J'y évoque  le souvenir de mon grand-père, figure historique de la résistance et du communisme (et de l'après-communisme) en France.
La perte de la mémoire qui l'a affecté dans ses dernières années avait ceci de particulier qu'elle intervenait dans l'intelligence d'un homme dont toute la vie avait été Histoire - et dont les livres qu'il écrivait depuis sa retraite politique forcée dans les années 1950 étaient tout entier tendu vers la nécessité du témoignage.
C'était donc une altération de sa conscience particulièrement cruelle, mais aussi parfaitement értrange en cela qu'elle lui faisait faire des bonds dans le temps et lui soufflait à l'oreille qu'il se trouvait parfois en 1942, ou en 1956, ou en 1968... Pour moi, comme pour le reste de son entourage, nous participions dès lors à cet étrange théâtre où parfois il s'agissait d'une réunion secrète du commandement militaire des FTP, d'un symposium du comité central du PC, d'une heure d'angoisse dans les geôles de Franco...
J'ai mélangé mes propres sources bédéphiles et mes souvenirs de jeunesse à tout cela (j'ai longtemps cotoyé mon grand-père, qui est mort presque centenaire).
Le livre auquel nous avons participé s'intitule "De mémoire en oubli" (éditions Good Heidi Production). On y côtoie surtout des écrivains, Irène Frain, Azouz Begag, François Cheng, JP Guéno... Il est désormais en librairie, lieu de... mémoire, s'il en est !